à la découverte du couvent Saint-François de Pino en Corse

loading...

à la découverte du couvent Saint-François de Pino en Corse

VIDÉO – Dix-huit sites français vont être rénovés grâce à un jeu de grattage lancé en septembre. Parmi les premiers bénéficiaires, ce formidable édifice du Cap Corse. Une église et son couvent du XVIIe siècle, situés entre ciel et terre, endommagés par les années et outrages du vent et de la mer.

Il est encore debout, accroché à sa falaise, en surplomb de la mer. Niché dans le Cap Corse, tout au nord de l’île de Beauté, entre la tour et la marine de Scalo, le couvent Saint-François de Pino a été findé en 1495. Son architecture actuelle, représentative de l’austérité monacale, remonte, elle, au XVIIe siècle. Par sa situation en bordure de rivage, cet édifice servait de refuge aux villageois de Pino lors des attaques et des pillages.

En 1648, un pirate nommé Vincento d’Arbellara a tenté de s’attaquer au couvent Saint-François. Le Père supérieur de l’établissement l’a reconnu, car il était l’un de ses anciens élèves, et lui a tenu tête. Vexé, Mami Corso, de son nom de mercenaire, a épargné la commune.

» LIRE AUSSI – Loto du Patrimoine: à la découverte de l’Hôtel-Dieu de Château-Thierry

Le monument a été abandonné à plusieurs reprises au cours des siècles. «Les curés ont régulièrement été chassés, explique Francis Mazotti, maire de Pino. C’est le cas durant la Révolution et lors de la séparation des Églises et de l’État en 1905.» Son rez-de-chaussée a toujours eu une vocation éducative. Dès 1640, des élèves y sont accueillis. La dernière école privée dans le couvent, gérée par des franciscains, a fermé ses portes en 1967. Depuis, le lieu est inoccupé et laissé à l’abandon.

Un patrimoine monacal en grand danger

La toiture du couvent a été rénovée en décembre 2016.
La toiture du couvent a été rénovée en décembre 2016. Mairie de Pino

Francis Mazotti a repris ce périlleux dossier en 2012 en inscrivant le couvent Saint-François de Pino à la Fondation du patrimoine. «Le village a toujours vécu avec les différents occupants du couvent, il était important pour nous de le préserver», détaille l’élu. 218.000 euros ont été récoltés auprès de donateurs privés afin de restaurer, en premier lieu, la toiture de 720 mètres carrés. Tout le premier étage du bâtiment, qui a subi les outrages du vent et de la mer, était inaccessible à cause des inondations et des risques d’effondrement des planchers. Entre décembre 2016 et juillet 2017, une première phase de travaux a été réalisée par cette commune de 151 habitants. 400.000 euros ont été investis au total pour la rénovation du toit en lauze grise. La somme manquante a été ajoutée grâce aux tickets à gratter de la Mission patrimoine.

«Le village a toujours vécu avec les différents occupants du couvent»

Francis Mazotti, maire de Pino

» LIRE AUSSI – Loto du Patrimoine: à la découverte du Théâtre des Bleus de Bar-le-Duc

Dans un second temps, le maire de Pino espère restaurer les façades et remplacer les menuiseries en bois de châtaignier. La structure du couvent est dans un état critique, décrépie à cause de sa situation géographique qui la rend fragile. Le budget total des travaux s’élève pour le monument religieux à un million deux cent treize mille euros. 850.000 euros lui ont été attribués grâce à sa sélection au Loto du Patrimoine. «Ce chiffre est prévisionnel. Il a été établi pour tous les bâtiments sélectionnés par la mission patrimoine. On ne sait pas si cela sera suffisant pour mener à bien notre projet», déclare Francis Mazotti. Si celui-ci se concrétise, les travaux devraient prendre fin au second semestre 2019.

Un futur espace culturel et éducatif

La cour intérieure du couvent durant les travaux en décembre 2016.
La cour intérieure du couvent durant les travaux en décembre 2016. Mairie de Pino

L’objectif de la commune de Pino est désormais d’accueillir dans des conditions optimales les visiteurs du couvent. «Avoir été choisi, c’est une grande satisfaction, à la fois pour nous et pour ceux qui nous ont soutenus depuis le début, s’enthousiasme l’élu Corse. On va pouvoir sauver et redonner vie à ce lieu emblématique. C’est un projet collectif de sauvegarde du patrimoine qui doit être accessible à tous.» Jusqu’à l’été 2017, le public n’avait pas accès au monument pour des raisons de sécurité. Les agents municipaux s’organisent pour inverser la tendance. Depuis sa sélection au Loto du patrimoine, les curieux sont de plus en plus nombreux à s’aventurer au couvent. «On a déjà prévu d’organiser des journées de visite cet été pour répondre à cette demande grandissante», annonce ainsi Francis Mazotti.

«C’est un projet collectif de sauvegarde du patrimoine»

Francis Mazottin, maire de Pino

» LIRE AUSSI – En Normandie, le Loto du Patrimoine distingue le château de Carneville

L’architecte en chef des Monuments historiques, Alain-Charles Perrot, soutient la candidature du couvent Saint-François depuis le début. Il travaille actuellement en collaboration avec la commune de Pino pour imaginer son utilisation future.

L’établissement du XIVe siècle doit devenir un «espace pluridisciplinaire». Son parc de 1 300 mètres carrés sera divisé en deux pour accueillir d’une part le public et de l’autre le siège du Parc Marin du Cap Corse et de l’Agriate, créé en juillet 2016. L’idée d’une partie muséale pour les visiteurs a été évoquée mais pas encore concrétisée. Un projet à la fois culturel et éducatif qui tient à cœur à toute la pointe nord de l’île de Beauté.



Source link

Related Search

loading...
author
Author: 

    Leave a reply "à la découverte du couvent Saint-François de Pino en Corse"